Dans l'introduction à Georges Deherme il est question du positivisme d'Auguste Comte

Voilà quelques notions pour se rafraichir la mémoire . Pour ce passionné de mathématiques qui vécu de 1798 à 1857 ,il n'est de science qu'au travers de la raison et des faits. Comte considère que le progrès de la connaissance et le progrès social dépendent uniquement de celui des sciences.
Comte sera l'apôtre du Positivisme, doctrine de l'empirisme et de la rigueur. Le Positivisme prône l'abandon des spéculations stériles, pour ne retenir que l'objectivité des connaissances construites par l'expérience, l'observation des faits et le raisonnement.Afin d'analyser la société industrielle naissante il songe à fonder une science du social, il invente alors le terme de sociologie.
A travers sa sociologie et sa théorie de la société Comte s'oppose à tout individualisme . L'esprit positiviste est social.
Si Comte trace les bases de la sociologie , il édifie et proclame en 1847 la création "d'une religion de l'Humanité". Dans cette nouvelle religion la science et en particulier la science sociale remplacera les dogmes.
Les oeuvres:
Considérations Philosophiques sur les Sciences et les Savants 1825,
Cours de Philosophie Positive 1830-1842,
Discours sur l'Esprit Positiviste 1844,
Traité de Sociologie 1851-1854,
Catéchisme Positiviste 1852
Nouvelle réunion ce Lundi soir ,de nouveaux venus , sont venus renforcer un groupe dynamique , mais aussi de nombreux excusés . Beaucoup d'échanges et de propositions qui permettent d' affiner la programmation et de lancer des groupes de pilotage par projet .Prochaine réunion le Lundi 18 janvier à 20h30,

L'Université populaire du Niortais est née


C'est fait. L'Université populaire du Niortais est née. Les statuts de l'association ont été actés par les membres fondateurs qui ont élu un conseil d'administration et un bureau avec à sa tête Pierre Endeweld. 
Après plusieurs temps de rencontre et d'échanges, proposés aux Niortais et Aiffricains qui se sont ouverts aussi à des habitants de Fors et de Cram-Chaban (NR du 30 septembre). La volonté d'émancipation et la volonté de coller aux réalités du terrain, trouvent ainsi une première belle démonstration. Le pari est tenu.

« Créée à l'initiative d'Aiffres la Citoyenne, notre nouvelle association a souhaité marquer sa différence en précisant au travers d'une charte les valeurs et l'esprit qui doivent animer aussi bien les organisateurs, les intervenants, que les participants aux activités », précise l'équipe en place.

La culture ouverte à tous


Les grands principes de l'Université populaire s'articulent autour de trois points principaux :
L'éthique : « Il s'agit de promouvoir et de développer une éducation populaire, à savoir une éducation publique susceptible de développer l'esprit critique de tout citoyen tout au long de la vie… Accessible à tous ce projet d'éducation populaire est mis en œuvre hors des institutions universitaires traditionnelles, dans un esprit de mixité sociale et de coopération mutuelle et s'inscrit dans les valeurs démocratiques, républicaines et laïques. » Le temps de la connaissance : « Notre association a pour objet la promotion et la diffusion auprès du plus grand nombre, des savoirs, connaissances, savoir-faire tant dans les domaines scientifiques, sociologiques, philosophiques, littéraires, artistiques, techniques… »
Dans le respect des convictions de chacun : « Pas un parti, pas un syndicat, ni un cercle fermé de pensée philosophique ou religieuse, l'Université Populaire du Niortais, refusant le prosélytisme et les marques partisanes, sera un lieu de rencontre et d'acquisition de la culture ouvert à tous. Y sera développé un esprit de tolérance, d'écoute et de partage. »

repères

Le bureau : Pierre Endeweld, président (Aiffres ); Tony Rimbault secrétaire (Aiffres)Danièle Jaunereau, secrétaire adjointe (Niort) ; Philippe Guillemoteau, trésorier (Niort)Christine Bonnin, trésorière adjointe (Cran-Chaban) ; Alain Hays, membre (Fors) Olivier Poussard membre (Aiffres).

lanouvellerepublique.fr